Volltext: Tribus, 6.1956

8 
Françoise Girard 
les notabilités et conservées dans la grande maison des hommes, centre de la vie 
politique et religieuse. Comme les Rambaram, ces mannequins avaient pour tête 
un crâne humain, la seule différence venait de ce qu’ils étaient dans la position 
assise alors que dans les effigies mortuaires, le personnage est toujours debout’). 
Le Nevimbur, rituel où apparaissent les marionnettes, se déroule sur la place de 
danse, cette esplanade au centre de laquelle se dressent les grands tambours de 
bois, est bordée d’un côté par la maison des hommes qui a pour vis-à-vis le vil 
lage. Pour la cérémonie, on réunit la maison des hommes à la place, en entourant 
cette dernière d’une haute palissade qui cache aux profanes toute la partie secrète 
de la fête 4 ). 
Exécuté au moment de l’intronisation de nouveaux membres, l’essentiel des céré 
monies du Nevimbur est constitué par un drame qui dure plus d’un mois et se 
déroule en deux actes, séparés par un intervalle de plusieurs semaines. Le drame 
qui s’appuie sur une très riche mythologie met en jeu un grand nombre de person 
nages. Le héros Mansip et ses deux épouses Lieur et Lisivu, toutes deux filles de 
Nevinbumbaau seraient incarnées par les mannequins grandeur nature, tandis 
que leurs nombreux descendants apparaîtraient sous l’aspect de figurines et de 
petits personnages. Nevinbumbaau, elle, est seulement évoquée par le son du 
rhombe. Le mannequin de Mansip que flanquent ceux de ses épouses, est placé sous 
un petit abri construit hors de la palissade face au village. On enterre partielle 
ment de longs bambous creux qui partent du centre de la place de danse, passent 
sous la palissade et aboutissent près des trois mannequins. Un public de femmes, 
d’enfants et de non-initiés, massé devant les maisons du village face aux effigies 
de Mansip et de ses épouses, est autorisé à suivre une partie du spectacle. 
Après le sacrifice des porcs amenés par ceux qui seront intronisés à la faveur 
de la cérémonie, le drame proprement dit commence. Quatre membres du Nevim 
bur sortent en dansant de la maison des hommes et se dirigent vers l’endroit où 
se trouve l’abri de Mansip, tout en brandissant assez haut pour qu’elles soient 
vues du public des petites marionnettes représentant les fils de Mansip. Les spec 
tateurs qui n’aperçoivent que ces figurines ont l’impression qu’elles dansent. 
Un vieillard sort de l’enclos, muni du maillet de bois qui sert à sacrifier les 
porcs et par dessus la palissade écrase successivement les quatre marionnettes. Elles 
sont censées pourrir et comme les vers sortent du cadavre donner naissance à de 
nouveaux esprits 5 ). 
Suit alors un long intermède pendant lequel les membres du Nevimbur fabri 
quent en secret, à l’intérieur de la maison des hommes, des centaines d’autres 
marionnettes. 
Lorsque tout est prêt, on fixe la date à laquelle doit avoir lieu le dernier acte. 
Comme dans la première partie, des hommes brandissent en dansant les petites 
figurines qui apparaissent par à-coup aux spectateurs. La danse finie, on prépare 
une espèce de pudding que l’on offre, de l’extérieur de la palissade, à deux marion 
nettes plus élaborées que les premières; celles-ci attrappent le gâteau avec leurs
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.