Volltext: Anthropos, 100.2005

Anthropos 
100.2005: 5-16 
Art et histoire des Luba méridionaux 
Partie I 
La collection du Père Peeraer à P Université de Gand 
Constantine Petridis 
Abstract. - The art of the Luba people has been the subject 
of several monographic exhibitions and publications and is one 
of the best-studied artistic traditions of the Congo. However, 
current literature on the Luba and their art largely ignores 
the valuable work of Servaas Peeraer, a Belgian Franciscan 
missionary, who lived among the southern Luba in western 
Katanga province from 1929 to 1940. Not only did Father 
Peeraer leave highly interesting writings, all of which are based 
on firsthand observations, he also field-collected a number of 
Luba art objects. In 1939 Ghent University acquired fifteen 
Luba sculptures from him, along with ample contextual anno 
tations. This article discusses Ghent University’s little-known 
Luba collection against the background of Father Peeraer’s field 
notes and other primary sources. [Democratic Republic of the 
Congo, Luba, Katanga, Peeraer, African art, missionaries] 
Constantine Petridis, docteur en Sciences de l’Art (Gand 
1997), est Assistant Professor à Case Western Reserve Uni- 
versity et Associate Curator au Cleveland Museum of Art à 
Cleveland (Ohio, USA). - Sa thèse de doctorat sur l’art des 
Luluwa fait suite à quatre années de recherches dans des fonds 
d archives, des musées et sur le terrain; en 2001, il a organisé 
une exposition sur Frans Olbrechts et les arts africains au Musée 
ethnographique à Anvers. — Il a publié des articles sur les arts 
de différents peuples du Congo et il est l’éditeur et 1 auteur 
Principal de Frans M. Olbrechts (1899-1958). In Search of Art 
in Africa (Antwerp 2001). 
as one of the most ‘naturalistic,’ ‘sophisticated,’ 
and ‘refined’ of African art styles, the type that 
would be featured in an exhibition whose goal 
was to prove that African art is ‘art’ and not mere 
‘artifact’” (1998: 91, n. 10). 
Grâce aux publications de François Neyt, de 
Mary Nooter Roberts et de Pierre Petit, l’art des 
Luba compte dorénavant parmi les mieux connus 
des arts congolais. Par ses recherches tant dans 
les musées que dans les archives, Neyt (1993) 
a classifié leur sculpture en différents centres 
stylistiques. Le catalogue d’exposition “Memory. 
Luba Art and the Making of History” (Roberts 
and Roberts [eds.] 1996), fondé en partie sur des 
recherches de terrain de Mary Nooter Roberts, a 
étudié la dimension mnémotechnique de certains 
objets d’art qui servent de point de départ pour 
commenter l’histoire des différentes chefferies de 
l’espace politico-culturel luba. Enfin, Petit (1995b, 
c, 1996c), sur base de ses enquêtes de terrain, a 
étudié plus spécifiquement la fonction religieuse 
et politique que remplissaient certains des plus 
célèbres objets d’art luba. 1 2 
Plusieurs expositions ont été récemment con 
sacrées à l’art des Luba du Katanga, au sud-est 
de la République Démocratique du Congo (pré 
cédemment République du Zaïre). 1 Grâce à son 
réalisme, à sa finition méticuleuse et à ses sur 
faces lisses, la sculpture luba a toujours été fort 
prisée. Ainsi, comme l’écrit Mary Nooter Roberts, 
“Luba art has always been valued in the West 
1 Ainsi, deux expositions spécifiques leur ont été consacrées 
par le Musée Dapper à Paris (Neyt 1993) et par le Musée 
de l’art africain à New York (Roberts and Roberts [eds.] 
1996). Voir les références citées à la fin de la Partie II, 
pp. 30. 
2 Pour des informations plus générales sur les Luba et leur art, 
le lecteur pourra consulter les références bibliographiques. 
Nous mentionnons en particulier les publications de Nooter 
1992, Roberts 1995, et Petit 1995b, 1996c.
	        
Waiting...

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzerin, sehr geehrter Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.